Pourquoi acheter un vélo électrique ?

Le marché du vélo électrique se porte bien en France : avec plus de 500 000 unités vendues sur la seule année 2020 (un record pour ce marché), la démocratisation des VAE avance à grands pas. Qu'est-ce qui attire cette clientèle toujours plus large ? Une assistance à l'effort qui séduit les sportifs convalescents et les cyclistes qui ne peuvent ou ne souhaitent pas fournir d'effort majeur lors de leurs sorties à vélo ? On vous propose un tour d'horizon des bonnes raisons à l'achat d'un vélo électrique.

Une alternative écolo pour les petits déplacements

Face à la question climatique de plus en plus pressante, le vélo électrique est une alternative intéressante. La consommation d'un VAE (vélo à assistance électrique) est dérisoire face à celle d'une voiture. Une étude de l'European Cyclists' Federation ayant comparé les deux moyens de transport, ainsi que le bus et un vélo mécanique sur le même trajet révèle une consommation de 22 g CO2e/km pour le vélo électrique, contre environ 271 g CO2e par passager-kilomètre pour un trajet identique effectué en voiture.

Un autre grand avantage pour le vélo électrique se trouve dans sa batterie : celle-ci ne comporte pas de plomb, hautement néfaste à l'homme et l'environnement, mais présent en quantités diverses dans nombre de batteries de voiture par exemple. La question de la batterie au lithium se pose malgré tout pour le vélo électrique : elle est (pour le moment) non recyclable en raison de la complexité de ses composants.

Le vélo électrique : l'option idéale pour faire de l'exercice en douceur

Grâce à son assistance à l'effort, le vélo électrique permet à nombre d'utilisateurs de se déplacer pour les loisirs ou le travail sur des trajets qu'il leur serait impossible de couvrir avec un vélo normal. En effet, le vélo électrique offre la possibilité de se rendre sur son lieu de travail (lorsque celui-ci est situé à distance raisonnable) sans utiliser de voiture : les plus sportifs parmi vous apprécient de fournir un effort modéré avant la journée de travail.

En ce qui concerne les loisirs, le vélo électrique est idéal pour les sportifs convalescents : il permet à la partie inférieure du corps de fournir un effort moindre. Grâce à sa structure un peu plus lourde qu'un vélo classique, il offre en plus l'opportunité au cycliste de faire travailler ses bras et la partie supérieure du corps. 

Le vélo électrique possède aussi une facette plus sociale. Lors de sorties en groupe, qu'il s'agisse de familles avec des membres dont la santé et les tranches d'âge varient ou bien entre collègues de travail par exemple, il peut arriver que les participants ne trouvent pas leur compte à la balade : les plus sportifs se retrouvent frustrés tandis que les moins aguerris s'épuisent pour tenir une cadence qui ne leur correspond pas. Utiliser un vélo adapté à la santé de chacun peut permettre à tous de profiter de sa sortie.

Enfin, suivant le modèle de vélo électrique choisi, vous disposez de différents programmes d'assistance, suivant le trajet, la pente et l'effort que vous souhaitez ou pouvez fournir. 

Pourquoi assurer son vélo électrique ?

Le vélo est aujourd'hui l'un des moyens de mobilité les plus utilisés par les individus. En effet, en plus d'être la solution idéale pour se faufiler à travers les voitures et éviter les embouteillages, le vélo électrique constitue un des moyens de transport les plus performants et avantageux pour les trajets de courte distance. Aussi, il permet de pratiquer une activité physique régulière et a un impact positif non négligeable sur le réchauffement climatique. En résumé, ses avantages sont nombreux et ne sont plus à prouver. Cependant, de par sa nature légère et sa vulnérabilité, le vélo reste une cible facile pour les dommages et les vols. Pour garder son vélo sur la durée, il convient de se poser la question de l'assurance. Quels sont réellement les avantages ? Quelles solutions existe-t-il ? Voici les raisons pour lesquelles il est primordial d'assurer son vélo. 

Quels sont les avantages à assurer son vélo électrique ?

Dans un premier temps, l'une des principales raisons pour lesquelles on doit assurer son vélo électrique est de pouvoir vous protéger vous-même dans le cas où seraient malencontreusement causés des dommages et intérêts à d'autres usagers. En effet, si vous causez des préjudices à autrui, vous êtes dans l'obligation d'en assurer personnellement les frais. En ayant recours à une assurance (garantie responsabilité civile), c'est la compagnie d'assurance qui les prend en charge. Dans le cas où c'est vous qui subissez des dommages et intérêts à la suite d'une chute ou d'un accident, une garantie accident permettrait de couvrir intégralement les dommages corporels et/ou matériels. 

Aussi, il est primordial d'assurer son vélo pour se protéger en cas de vol ou de dégradation, ce qui est susceptible d'arriver plus souvent que l'on ne le pense. Le coût des vélos électriques est généralement plus élevé et peut parfois souvent dépasser les 2000 euros. Une garantie vol ou dégradation permet là aussi de faire couvrir l'intégralité des frais par votre compagnie d'assurance. Il peut aussi s'agir d'une protection juridique en cas de litige relatif à un accident par exemple.

Quels risques si mon vélo électrique n'est pas assuré ? 

Les principaux risques liés au fait de ne pas assurer son vélo sont de ne pas être couvert en cas de problèmes, qui par ailleurs peuvent être nombreux. En cas de chute ou d'accident, de casse, de vol ou de dégradation, une assurance vous permet de vous protéger financièrement et/ou juridiquement si jamais survenait un imprévu quelconque. Bien entendu, il convient de prendre les précautions nécessaires pour que ce type d'incident n'arrive pas. Acheter un antivol, installer son vélo dans un endroit clos et inaccessible (garage, entrée d'un appartement, etc.), s'équiper d'un casque de protection ou encore de dispositifs lumineux et réfléchissants pour être vu de nuit sont tout autant de critères à respecter pour une sécurité optimale. Cependant, une assurance pour son vélo permet de prévenir de tout risque, qui par nature est imprévisible.

Le budget à prévoir pour assurer son vélo est relativement accessible et adaptable à tous budgets. Aussi, il peut varier selon le type et la valeur de votre vélo, ou encore le niveau de risque auquel il est potentiellement exposé.

Faut-il acheter ou louer un vélo électrique ?

Vous voulez vous balader à vélo, mais vous hésitez encore entre acheter ou louer votre vélo électrique ? En effet, après le vélo traditionnel, le vélo électrique a vu le jour. Et il faut reconnaître que son prix est assez élevé compte tenu de la qualité du produit. Pratique, écologique et facile à manier, ces vélos sont de plus en plus recherchés par les cyclistes. Toutefois, une question se pose pour son acquisition : entre acheter ou louer le vélo, lequel de ces choix est le plus rentable ?

Les avantages d’un vélo électrique

Même équipé d’un moteur, le vélo électrique n’empêche pas le cycliste de s’exercer en pédalant, mais avec moins d’effort. Nul besoin de carburant, le moteur se met automatiquement en marche lorsque vous pédalez, et s’arrête directement lorsque vous arrêtez le pédalage. Écologique, le VAE contribue largement à la réduction de la pollution de l’environnement, car il ne laisse pas sur son passage des gaz à effet de serre.

Il participe aussi au désengorgement de la ville. Transport idéal en centre-ville, il vous permet d’éviter les embouteillages. De plus, il est plus rapide que les autres moyens de transport. Comment ? Si la vitesse moyenne d’une voiture est de 18 km/h, celle d’un VAE est de 20 km/h en ville. De ce fait, vous gagnerez plus de temps pour aller au travail, ainsi que pour tous vos différents déplacements quotidiens.

Par ailleurs, en plus d’être économique et écologique, ce type de vélo vous confère un confort optimal. Peu importe le caractère des routes que vous empruntez : sur un vélo à assistance électrique, le confort est toujours présent. Vous aurez, tout le long du trajet, l’impression de rouler sur une route plate.

Achat d’un vélo électrique

Il existe une large gamme de vélos à assistance électrique. Parmi eux, vous pouvez constater le vélo de ville, le vélo pliant électrique, le VTC, le VTT, le vélo cargo électrique, ou encore le speedbike. En fonction du type de vélo, le prix d’achat varie en moyenne de 1000 euros à 2000 euros, et peut même aller jusqu’à 3000 euros pour certaines marques en raison des équipements qui sont délivrés avec le deux roues. Sur le long terme, l’achat de cet équipement s’avère être plus avantageux et plus rentable que la location.

Location d’un vélo électrique

De nos jours, plusieurs entreprises s’aventurent dans la location de vélocipède électrique au vu de l’ascension de ces moyens de transport sur le marché. Vous pouvez choisir de louer un VAE pour une journée, une semaine, un mois, ou encore pour une plus longue durée. Le prix des offres de location se trouve, en moyenne, entre 40 euros à 90 euros par mois. Il peut, toutefois, augmenter ou diminuer en fonction du type de location que vous choisissez.

En général, la location est bénéfique pour les cyclistes pendant un court laps de temps. Sur le long terme, elle est moins rentable que l’achat. Cependant, la location présente quelques avantages comme, par exemple, l’entretien et l’assurance qui sont pris en charge par la société de location. Pour les débutants, elle reste le choix idéal pour qu’ils puissent s’exercer et se familiariser avec la pratique du VAE.

Où acheter son vélo électrique ?

Le vélo électrique est devenu un moyen de transport à la mode, très prisé des salariés qui préfèrent le côté ludique et sportif à la pollution d'une voiture. Les sportifs sont aussi de plus en plus adeptes d'une assistance électrique, pour des parcours toujours plus longs. L'investissement assez conséquent impose de bien choisir le vendeur de VAE.

Quelques conseils pour bien choisir son vendeur de vélo électrique

Nous vous aidons dans cet article à retenir quelques critères qui feront pencher la balance pour un choix en connaissance de cause. Le marché du vélo à assistance électrique a tellement progressé en l'espace de peu de temps, qu'il faut être prudent sur cet achat. De nombreux vendeurs se sont installés, mais tous ne se valent pas. Quelques conseils s'imposent.

Acheter son vélo en grande surface

Le risque des grandes surfaces, c'est qu'elles tirent tellement les prix vers le bas, qu'elles ne proposent quasiment que des modèles bas de gamme. C'est donc un achat à vos risques et périls. Vous pouvez tomber sur une bonne affaire comme en avoir pour votre argent. Il n'y a généralement pas de service après-vente, et vous ne trouverez donc pas de pièces de rechange en cas de panne.

Opter pour l'achat en magasin spécialisé ou magasin de sport

Les magasins de sport proposent des modèles plus suivis, et plus haut de gamme qu'en grande surface. Les vendeurs sont formés aux produits et sont souvent de bon conseil pour choisir le modèle adapté à votre besoin. Il y a des techniciens dédiés et réparateurs de vélo. Encore faut-il qu'ils soient compétents pour le modèle que vous aurez choisi.

Si vous en avez la possibilité, privilégiez un magasin dédié au vélo. Ces professionnels, appelés vélocistes, sous souvent agréés par les marques et fournissent donc des pièces de réparation et de changement de matériel en cas de problème. Ils ont généralement des mécaniciens sur place pour diagnostiquer les pannes, ce qui est très appréciable. Dans ce type de magasin, vous aurez aussi le droit de tester le matériel, ce qui est assez intéressant pour la prise en main.

L'achat sur internet, bon choix ou pas pour un vélo électrique

Il faut s'assurer que l'e-shop est bien un site de confiance. Préférez donc les marques connues et reconnues en France, comme les grandes plateformes de vente en ligne. Ne vous hasardez pas sur des boutiques en ligne dont vous ne connaissez pas l'origine.

En cas d'achat en ligne, surtout, vérifiez au moment de la livraison, et en présence du livreur, le bon état du vélo électrique. Vous avez le droit de refuser le colis et demander un remboursement intégral en cas d'anomalie constatée. Il faut toutefois prévenir le site de vente en ligne. Car de nombreuses plaintes portent sur des chocs ou dégâts au déballage.

Le service après-vente indispensable pour un achat de VAE

Vous l'aurez compris, le service après-vente est indispensable pour l'accompagnement à l'achat d'un vélo électrique. Tout comme les trottinettes électriques, ces articles de transport nécessitent d'être entretenus, de manière régulière. Il est donc primordial d'associer un SAV de qualité à votre VAE.

Comment choisir sa trottinette électrique ?

Les trottinettes électriques, tout comme les vélos, ont fait leur place au fil des années dans les diverses rues de notre pays. Si ce moyen de locomotion a conquis les cœurs, c’est grâce à leur maniabilité et surtout, à la possibilité de faire de courts trajets sans voiture. La trottinette représente une alternative idéale pour cet effet. Elles sont aussi pratiques qu’elles sont ludiques, sans parler de la rapidité pour faire le trajet choisi. Il existe de nombreux modèles et nous allons vous guider dans le choix de votre trottinette électrique.

Quelle trottinette choisir selon le poids et la taille

Il existe divers types de trottinettes électriques. Certaines peuvent être imposantes alors que d’autres semblent plus petites et moins grosses. Tout cela est dû aux différents matériaux qui ont été utilisés, mais aussi à la place du moteur… En général, une trottinette pèse un peu moins de 20 kg. Les plus petites trottinettes pourront être utilisées manuellement si la batterie n’est pas chargée à fond. Contrairement aux plus gros modèles.

Choisir sa trottinette selon l’autonomie et la vitesse souhaitée

Maintenant, les trottinettes ont une autonomie de 20 à 25 km, ce qui est parfait pour les petits trajets comme pour aller au travail, à l'école… Toutefois, il faut savoir qu'une vitesse maximum est autorisée. Il s'agit de 25 km/h, ce qui représente une bonne vitesse, au-dessus cela devient dangereux. En général, une trottinette se recharge sur une prise secteur pendant environ 5h. Il faut savoir que l'autonomie et la vitesse agissent en fonction de la puissance du moteur et de la batterie, mais aussi de ce que vous faites de votre trottinette : plus de la montée, de la descente… La corpulence de l'utilisateur sera également prise en compte.

Le choix de la batterie

Comme pour les vélos électriques, les trottinettes ont des batteries qui sont importantes et volumineuses comme celle au plomb ou encore le Lithium dont le Li-ion. Cette dernière sera la plus utilisée du fait de son autonomie et de sa légèreté. Il a été vu qu'elle permettait aussi d'être plus rapide et qu’elles étaient plus adaptées aux trottinettes pliables.

Le confort, un point essentiel dans le choix de la trottinette

Lorsque l’on se décide à acquérir une trottinette électrique, l’un des points essentiels est, sans nul doute, le confort. En effet, on sera plus à l’aise sur un plateau qui est large pour y mettre les pieds que sur un plateau plus petit. Il en est de même pour les roues. Il s’agit là d’une question de stabilité, mais vous pouvez aussi préférer des roues plus petites pour une question de standing.

Si vous souhaitez avoir une trottinette électrique, il est essentiel de garder à l’esprit que ce moyen de transport reste pour de courts trajets au quotidien ou occasionnellement. Il est possible de faire des sorties longues d’une vingtaine de kilomètres, mais vous n’irez pas au-delà. Même si ce moyen de transport est alléchant, il convient de rappeler qu’il y a des règles à respecter, comme tout conducteur qui se respecte.

Comment choisir son vélo électrique ?

Afin de faciliter le pédalage, de plus en plus de personnes décident d’opter pour l'acquisition d'un vélo électrique. Ceux-ci sont dotés d’un petit moteur. Cette solution d'acquérir un vélo à assistance électrique (VAE) est prise pour des raisons qui sont économiques, mais aussi écologiques, à l’heure où nous parlons du réchauffement climatique et de ses conséquences. Il peut être utilisé dans divers domaines : que ce soit pour des déplacements professionnels, du sport ou tout simplement comme loisirs. Mais comment choisir son vélo à assistance électrique ? Prenez le guidon, nous vous aiguillons.

Choisir son vélo selon l’utilisation que vous souhaitez en faire

La première question à se poser concerne l’usage auquel vous le destinez. Est-ce qu’il vous sera utile tous les jours ? Est-ce que vous le prendrez occasionnellement ? Est-ce que les distances que vous ferez avec seront petites ou au contraire assez longues ? Ce sont toutes des questions auxquelles vous devez répondre au préalable avant que vous n’acquissiez votre vélo électrique. Celle-ci vous permettra de vous diriger vers tel ou tel modèle. Par exemple, un vélo de ville, un vélo tout terrain, plutôt mixte… Est-ce que vous le souhaitez pliant afin de l’emporter avec vous dans les métros ou les bus ?

Quelle batterie pour un vélo électrique

L’une des autres réponses à donner concerne la batterie. En effet, il en existe plusieurs : lithium polymère, le plomb, le Cadmium et le Lithium-Ion. Les plus fréquentes sont les lithiums, mais elles ont toutes leurs principes et caractéristiques. Celles-ci définiront l’autonomie, la durée de vie, amovible ou non pour le changement, le temps de chargement… Pour une batterie de vélo électrique, nous vous conseillons les batteries au lithium-ion.

Où est positionnée la batterie ?

La batterie d’un vélo électrique peut être positionnée à différents endroits, sur le porte-bagage ou le cadre. En général, elle est mise sur la barre oblique. Son positionnement est important, car cela va jouer sur l’équilibre du vélo lors de vos déplacements. Ainsi, cela va se jouer sur la lourdeur de la batterie et sur l’usage du vélo. Ainsi, sur un vélo de ville, elle sera mise au niveau du porte-bagage et sur un vélo tout terrain, ce sera plutôt sur le cadre.

Quel type d’assistance électrique ?

Le vélo électrique possède deux types d’assistance, grâce à des capteurs. Il s’agit du capteur d’effort et du capteur de rotation. Le capteur d’effort génère l’électrique grâce à la pression qui est faite sur les pédales. Ainsi, plus vous appuyez et plus vous allez être aidé dans le pédalage. C’est ainsi que lors de fortes montées comme pour un terril ou une forte côte il est intéressant d’avoir ce genre de capteur. À l’inverse, le capteur de rotation se met en route dès que vous pédalez, et ce malgré la fréquence de votre appui.

Ainsi, selon le type de vélo que vous souhaitez, le prix ne sera pas le même. Les vélos avec des capteurs importants seront plus chers que les vélos avec les capteurs de rotation qui sont devenus une norme et que beaucoup utilisent.

Qu’est-ce qu’un nvei ? (nouveaux véhicules électriques individuels)

De plus en plus de personnes ont fait le choix d’opter pour un nouveau véhicule électrique individuel, qui peut être le signe que les Français ont besoin d’une certaine mobilité urbaine. Motorisés, ils aident aux déplacements quotidiens, qu’ils soient de courtes ou de longues distances. Rechargeables, ils ont une autonomie qui est de plus en plus longue. Mais, que sont les Nouveaux Véhicules Électriques Individuels (NVEI) ?

Qu’est-ce qu’un NVEI ?

Les NVEI sont ce que l’on appelle les engins électriques. Il en existe de nombreux. Ainsi, dans la plupart des rues, vous n’avez pas pu ne pas remarquer la foison de ces véhicules que sont les trottinettes électriques, les mono-roues, hoverboard, gyropode… Sans parler des scooters électriques et des vélos à assistance.

Focus sur deux nouveaux véhicules : l’hoverboard pourrait ressembler à un skateboard. Il s’agit d’être en appui sur la planche pour la faire avancer. Le gyropode a deux roues et un manche, mais aussi une planche. On peut le guider facilement.

Qui utilise les NVEI ?

De plus en plus de Français utilisent l’un de ces moyens de transport. Parmi eux, quelques-uns les utilisent quotidiennement pour se rendre soit au travail, à leur domicile ou tout simplement comme loisirs. Par ailleurs, il y a quelque temps, ces véhicules étaient utilisés dans ce sens, comme simple loisir, mais maintenant, ils font état de véritables moyens de transport, notamment pour aller au travail, lorsque celui-ci se trouve à quelques kilomètres.

Pourquoi utiliser un NVEI ?

Les raisons pour lesquelles les NVEI ont vu leur nombre accroître sont de plusieurs natures. Cela peut être dû à la circulation qui est de plus en plus dense ou alors pour un souci de pollution extérieure, afin de la lutter. L’une des autres raisons est le mode de vie qui est devenu de plus en plus sain avec des personnes qui souhaitent de ne plus avoir affaire à la voiture. Posséder un NVEI change, donc, le mode de vie, mais aussi la façon de se déplacer.

Ce qu’il faut savoir sur les NVEI

Ces véhicules motorisés ne sont pas autorisés à circuler sur les trottoirs, contrairement à ce que l’on peut voir tous les jours. Le lieu de circulation est la piste cyclable s’il y en a une ou la route, tout simplement. Les trottoirs sont réservés aux trottinettes, skateboards… tout ce qui n’est pas motorisé. De plus, comme pour tout autre véhicule, des mesures de sécurité doivent être prises comme le port d’un casque et le port de vêtement adapté. De plus, les règles du Code de la route doivent être aussi respectées. Les personnes qui n’agiront pas dans ce sens se verront soumises à des pénalités. En règle générale, ces véhicules sont limités à 25 km/h et ne peuvent pas dépasser ce kilométrage.

Un NVEI et les assurances

Comme pour tout véhicule, les nouveaux véhicules électriques individuels doivent être assurés, avec au moins une responsabilité civile. Cela permet de protéger contre les éventuels dommages que ce soit matériel ou encore corporel, car les accidents peuvent être graves et importants.

Qu’est-ce qu’un vae ? (vélo à assistance électrique)

Depuis le début du XXIe siècle, l’univers de la technologie a évolué de manière considérable. Dans cette même optique est né le concept écolo avec l’objectif de limiter l’impact environnemental. Ainsi sont lancées les voitures électriques, et avec elles, les VAE. Ces vélos, qui conjuguent polyvalence et praticité, promettent également un excellent confort d’usage. Adaptables tant pour un usage urbain que pour les randonnées en forêt, ils sont au cœur des nouvelles tendances.

Décryptage du VAE

VAE, pour vélo à assistance électrique, est une invention qui ne date pas d’hier. Le tout premier modèle a fait son apparition dans les années 30. Mais par désintérêt de la part des consommateurs, il est devenu le paria des garages. Il faudra attendre les années 70 pour le relancer sur le marché. À cette époque, le VAE a encore été limité par son autonomie, son volume et le poids de sa batterie. Mais au tout début du XXIe siècle, avec l’évolution des nouvelles technologies, le VAE a fait l’objet d’un « relooking ». Il a été revu dans l’ensemble de sa conception – tant au niveau du design qu’au niveau de la performance. Léger, puissant, confortable, innovant, il s’adresse aujourd’hui non seulement pour les trajets plus longs, mais aussi pour les parcours en forêt.

Fonctionnement du vélo à assistance électrique

Les vélos à assistance électrique ne sont pas des engins qui ressemblent en tout point à une bicyclette classique. Bien qu’ils intègrent un cadre, une fourche, deux roues, un guidon et une scelle, ils sont équipés d’un moteur et d’une transmission. Ce sont ces deux derniers éléments qui font toute la différence. En fonction du modèle du vélo, le niveau d’assistance est sélectionnable depuis le guidon. Ce qui permet aux différents utilisateurs de trouver le parfait équilibre entre leur effort physique, l’autonomie de la batterie et la puissance fournie par l’assistance. Il faut aussi savoir que tous les vélos électriques disposent d’une fonction qui permet de désactiver le moteur, ce qui permet d’économiser la batterie.

Les différents modèles de vélos à assistance électrique

Tout comme les bicyclettes classiques, vous pouvez trouver sur le marché, différents modèles de VAE. Ce qu’il est important de noter, c’est qu’il n’en existe que six grandes catégories. Vous trouverez notamment : le VAE de ville, le VTC à assistance électrique, le VTT à assistance électrique, le VAE de route, le VAE de randonnée et le VAE rapide ou speed Pedelecs. Vous l’aurez ainsi compris : chaque modèle répond à un besoin et à un usage. Bien que la plupart du temps, ils peuvent aussi faire preuve de grande polyvalence.

VAE et assurance

Comme les VAE sont équipés d’une motorisation, ils entrent dans la catégorie des cyclomoteurs. Raison pour laquelle il est nécessaire de souscrire une assurance lorsque vous procédez à l’achat de ce type de vélo. Ainsi, en cas d’accident, vous allez pouvoir être couvert. Pour ce qui est de la souscription, un contrat deux roues est généralement intégré dans la garantie à responsabilité civile. Vous pouvez vous renseigner à ce sujet auprès de votre assureur. Par la même occasion, il est important de noter qu’un vélo à assistance électrique doit être immatriculé.

La fub, le rapport annuel des antivols

On ne cessera jamais de le rappeler, mais sachez que l’on compte près de 400 000 vols de vélo par an, soit 1076 vélos volés par jour. Si pour la plupart du temps, ils ne sont pas restitués par faute d’identification, sachez tout de même qu’avec un très bon antivol, il est possible d’éviter ce genre de drame. Cette année encore, la FUB a pour vous, répertorié dans son rapport annuel les meilleurs antivols disponibles sur le marché. Si vous êtes en quête du parfait antivol du moment pour votre vélo, vous êtes au bon endroit.

Antivol en U

Pour cette catégorie, 2020 ont été riches en nouveauté. Retrouvez l’une des plus grandes marques de confiance dans la liste des meilleurs antivols : Abus. Cette marque propose aujourd’hui des antivols de dimensions différentes adaptés à vos besoins. Retrouvez le modèle compact qui n’est pas très cher, mais efficace ou investissez plutôt dans le haut de gamme avec le modèle 770A smart X, l’antivol connecté. Bien sûr, des modèles plus anciens d’Abus sont encore en haut du podium dû à la qualité et à la résistance des produits. Les marques telles que B’Twin, Giant, Zéfal ont, eux aussi, été sélectionnés pour leurs praticités et leurs solidités. Pour une sécurité optimale, optez pour le double antivol. Complétez votre antivol en U avec des chaînes ou un antivol avec armure.

Les chaînes

Dans cette catégorie, nous retrouvons encore quelques marques déjà vues précédemment. Contrairement aux années précédentes, Abus propose désormais des produits créés en 2020, homologués pour 2 roues. Hiplok, lui, est également en haut du podium. Alors qu'il propose parfois des chaînes accompagnées d’un antivol en U, les produits sont en plus homologués niveau 2 roues. Enfin, retrouvez par ailleurs Squire, Zéfal ou encore Tex Lok. Homologué niveau 1 roue, ils trouvent tout de même leur place dans le classement. À savoir que le poids des chaînes a tendance à dissuader les voleurs.

Antivol fixe 

Encore une fois pour ce genre d’antivol, on retrouve ici la marque Abus. Néanmoins, ce sont les modèles de la marque AXA, homologué niveau 2 roues, qui sont en haut du podium. On observe pareillement le modèle Ring Lock créé en 2018 de Kryptonite, toujours aussi bien noté. Ce style d’antivol est apprécié pour sa facilité et sa rapidité d’installation. Une fois placer, sur la roue de votre vélo, on ne s’en occupe plus.  

Antivol pliant

Bien que moins résistant que ses compères, l’antivol pliant possède tout de même certaines qualités. Léger et facile à transporter, si vous cherchez un antivol pratique à utiliser, c’est celui-ci qu’il vous faut. Ici, les produits sont tous homologués niveau 2 roues. Dans le classement des meilleurs antivols pliants, retrouvez les marques Abus, kryptonite avec des modèles de 2018 et 2019. Pour des articles de 2020, tournez-vous vers Sgodde et Tonyon.

Câble avec armure et sans armure

Pour ces antivols flexibles, assez abordables, retrouvez Smith & Lock et Squire qui se démarquent de leurs concurrents. Ces antivols sont notamment utilisés pour leur légèreté. En plus, ils ne prennent pas beaucoup de place, il est ainsi possible de le ranger facilement. Complémentez votre antivol avec amure avec celui en U afin de diminuer les chances de vol.

Bien choisir son casque pour son vélo électrique

Le retour du beau temps arrive, et avec lui, l'envie de sortir le vélo. Il y a toutefois des normes de sécurité à ne pas négliger, et parmi celles-ci se trouve le port du casque. Alors, découvrons ensemble les meilleurs conseils pour faire le choix de votre casque. 

Un casque de vélo aux normes

Pour choisir un bon casque de vélo, il faudra dans un premier temps choisir un casque adapté à l’utilisation d’un vélo électrique. La présence de deux normes européennes est importante. La première sera la norme EN1078 qui s’applique pour les casques simples destinés à l’utilisation d’un vélo classique. Et la deuxième norme EN 22-05 qui s’applique particulièrement à l’utilisation d’un vélo électrique. Vous serez certain d’avoir un niveau de protection au choc optimal.

Un casque de vélo électrique bien taillé

Et oui, ça coule de source, mais votre casque devra être bien adapté à votre tour de tête. Donc, oubliez tout de suite l’opportunité d’acheter un casque sur un site marchand à la va-vite. Il est préférable de prendre votre temps et surtout votre tête et son périmètre crânien pour bien choisir.

La plupart des casques de vélo sont réglables. Vous trouverez donc une taille minimale et maximale sur un même casque. Dans un magasin d’équipement cycliste, vous pourrez mesurer votre tour de tête et ensuite choisir une taille qui vous conviendra, avec les conseils des spécialistes sur place. L’avantage de vous déplacer dans un magasin spécialisé sera de pouvoir vous rendre compte si vous êtes à l’aise selon les différentes formes et les différents poids de casque.

Si votre budget vous le permet, vous aurez le choix de prendre le must de la protection pour vélo ! Il s’agit en fait d’un airbag pour vélo, que vous portez autour du cou à la place d’un casque sur la tête. En cas de déclenchement, cet airbag prendra la forme d’un casque pour protéger toutes les zones sensibles de votre crâne en une fraction de seconde.

Un casque de vélo à votre lifestyle

Normes européennes OK ! Tailles et capacité de réglage de mon casque OK ! Je passe à la caisse ? Pas forcément !

Avant de passer à l’acte d’achat, il faut vous poser encore quelques questions. Votre futur casque devra refléter votre future utilisation et aussi se fondre dans votre mode de vie. Est-ce que vos principaux trajets seront des vélo-boulot, ou des activités outdoor plus intensives hors des sentiers battus ? Dans quelles conditions météo allez-vous rouler ?

Toutes ces questions vous aideront à déterminer le design de votre casque, son poids, et ses capacités de ventilations, en fonction de l’activité physique que vous aurez. Ces détails sont importants et vous feront ne pas regretter votre choix, et même de faire des économies en choisissant directement le casque de vos rêves et pour longtemps.

Votre casque vous attend déjà maintenant que vous avez toutes les clés en main pour faire votre choix ! À très vite sur les pistes à vélo et avec votre plus beau casque.